N
O
S

C
O
P
A
I
N
S

T
O
P
-
S
I
T
E
S

N
A
V
I
G
A
T
I
O
N

AccueilAccueil  FAQFAQ  RechercherRechercher  MembresMembres  GroupesGroupes  S'enregistrerS'enregistrer  ConnexionConnexion  



 
Nous recherchons activement des demoiselles, merci :D
Nous recrutons un nouvel animateur, c'est par ici !
Venez participer à la tombola !

Partagez | .
 

 Don't crease a catfish's whiskers [ pv -> UEHARA Masato ]

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
AuteurMessage
ARCHIVISTE ◊ ORACLEMODÉRATRICE
avatar

Seiichi Hasegawa
ARCHIVISTE ◊ ORACLE
MODÉRATRICE


Coquillages : 3261
Messages : 136

Bonus
Inventaire:
Bloc-notes:
MessageSujet: Don't crease a catfish's whiskers [ pv -> UEHARA Masato ]   Lun 1 Sep - 17:45

Un autre jour s'achevait au paradis. Seiichi tirait doucement sur sa cigarette, les yeux plongés dans les ténèbres montantes derrière ses fenêtres. Il était rentré sur l'île depuis trois jours et il s'y ennuyait déjà de pieds ferme. Non, s'ennuyer n'était pas le terme exact – mais cela faisait plus de dix jours que rien n'était tombé. Pas une rumeur, pas une hypothèse, rien. Il avait fini de classer et d'entreposer les artefacts qu'il avait ramenés de l'extérieur.
Ses notes sur les derniers arrivants avaient déjà rejoins le reste de son corpus, et son travail d'archiviste se faisait pour ainsi dire tout seul. (Il avait bien dressé le reste du personnel sur ce point-là, il fallait l'admettre).
Ses recherches en étaient donc au point mort, et il aurait voulu repartir ; mais il avait besoin de justifier son salaire auprès de ce brave Stuart. Il était, en premier lieu, archiviste du pensionnat Abberline ; et il se devait de rester dans le coin de temps en temps, juste pour que les gens ne l'oublient pas.

Il ne pouvait donc pas se permettre de repartir de si tôt, surtout sans certitude d'avoir quoique ce soit à ramener pour excuser son départ. Mais la vie quotidienne sur l'île ne lui réussissait pas. Homme habitué à un mouvement perpétuel, Seiichi n'appréciait guère l'inactivité intellectuelle de ces trois derniers jours. Il se laissait peu à peu engourdir dans une mélancolie des plus languissantes, surtout lorsque son emploi du temps n'exigeait pas de lui d'être à l'académie. Il n'avait même pas allumé ses lampes – depuis le matin, il n'avait fait que fumer et traîner sur internet, à la recherche d'une distraction à son ennui.
Las ! Il n'avait rien trouvé. Les dernières lueurs du jour contrastaient avec l'aura bleutée de l'écran de son ordinateur. (C'était un objet de contrebande, bien entendu. Seiichi était, après tout, le principal fournisseur de l'île en gadget de l'extérieur en tout genre.)


Il se décida enfin à bouger. Délier son long corps, l'extirper de son canapé, rabaisser l'écran de l'ordinateur et se prendre une bonne douche. Il laissa longuement l'eau chaude couler le long de son corps engourdi. Toute motivation le fuyait, mais s'il se décidait à sortir, il valait mieux qu'il soit propre. Ce n'était pas parce qu'il avait une réputation à tenir qu'il devait faire fuir tous ceux qui croiseraient son passage. Après tout, certains des résidents de l'île avait un odorat assez développé…

Il attrapa les premiers vêtements qui lui passèrent par la main ; un jean bleu délavé et une chemise blanche ouverte sur un t-shirt noir. Classique, passe-partout et confortable – son idéal vestimentaire. Ses cheveux d'argent retombaient en mèches humides sur son visage ; il ne prit pas le temps de les coiffer – l'air du soir s'en chargerait pour lui. Il sortit. La lumière orangée du coucher de soleil teintait les murs de ses derniers flamboiements ; déjà, on avait allumé les lampadaires. Où aller ? Il lui faudrait un coin sympa, peut-être se boire un verre avant de dévaliser le stock du marchand de nouilles. Alaria était calme, ces jours-ci.
Quelques passants, un couple revenant des courses, des enfants jouant à la balle… Au-delà de ces scènes innocentes, Seiichi voyait des centaures, des fées, des garous. Des créatures. Toutes uniques et toutes fascinantes. Leur diversité et leur co-existence pacifique l'étonneraient toujours. Peut-être que c'était ça, au fond, qui le ramenait toujours à Abberline : le monde était rempli de mystères et de conflit. L'île lui était maintenant peut-être connue, mais elle était un havre de paix qu'il n'aurait pas voulu perdre.

C'est sur ces réflexions qu'il entra dans un café à la devanture proprette. Catfish's whiskers, disait l'enseigne, un petit panneau de bois peint en bleu qui se balançait au bout de deux chaînes en fer forgé. Seiichi aimait s'y rendre de temps en temps, sans être un habitué. C'était un coin tranquille où se poser, siroter un morito et passer les idées noires. Il aimait à y observer la clientèle. Il salua le barman d'un signe de tête et commanda une absinthe, avant de s'installer au fond de la salle et d'y allumer une énième cigarette.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://moonlitarchives.tumblr.com/
4E ANNÉE ◊ DRAGON
avatar

Masato Uehara
4E ANNÉE ◊ DRAGON


Coquillages : 2767
Messages : 124

Bonus
Inventaire:
Bloc-notes:
MessageSujet: Re: Don't crease a catfish's whiskers [ pv -> UEHARA Masato ]   Mar 2 Sep - 14:18

Un soir ordinaire pour le jeune homme qui était déjà sous la douche. Oui, il commençait son travail une heure plus tard et il sortait de ce moment qu'il détestait. Ses douches étaient toujours rapides, juste le temps de se laver les cheveux et le corps. Une fois les cheveux secs, il mit la tenue qu'il portait pour son mini concert. Oui, on ne lui imposait aucune tenue, mais il préférait être classe. Ce n'était pas la tenue habituelle pour lui quand il chantait, il avait normalement des couleurs vives, mais là, il avait un costume bleu sombre, sans cravate ou nœud papillon, mais avec une chemise blanche et une sorte de ruban de même couleur que son costume. Ses chaussures étaient noires. Il n'y avait encore personne dans la chambre, il était rentré plus tôt pour se préparer. Une fois prêt, direction le Catfish's Whiskers, son lieu de travail. Il aimait y aller, simplement parce qu'il chantait là bas.

Le bus l'amena presque devant l'arrière boutique du café, là où il entrait. Sur le chemin, il avait écouté sur son mp3 les chansons qu'il allait devoir chanter sur scène. Il n'y en avait pas beaucoup, il n'était pas le seul chanteur ce soir là, ils allaient être plusieurs, aussi, il n'aurait qu'une seule chanson en solo, et ça serait la dernière de la soirée. Par chance, ça finissait assez tôt, il pourrait profiter des personnes qui seraient seules. Il était connu dans le bar qu'il était un dragueur après ses micro-concerts. La salle était réunie autour d'une estrade où se tenaient les chanteurs et musiciens. La pièce était dans des tons plutôt « fades », restant dans le beige pour les murs et un marron plus soutenu sur le sol. Le bar était à côté de l'entrée, et les tables étaient toutes en forme de cercle, avec au moins deux chaises en bois. Au plafond se trouvaient des lustres sortant un peu plus de l'ordinaire, avec des sensations de dorures sur des chats et des poissons. La lumière y était tamisée, surement pour y accueillir les chanteurs, qui avaient déjà commencé quand Masato arriva. On lui fit constater son retard, mais il savait à quelle heure il passait. On lui dit de s'habiller autrement ce soir là, comme bon lui semblait. Il enleva donc son haut, que cela soit sa chemise ou même son veston et son ruban, et fit sortir ses grandes ailes blanches.

Il monta une première fois sur scène avec deux autres personnes, et ne remarqua pas le seul homme seul dans le fond de la salle, surement parce qu'il était en interaction avec les deux autres chanteurs. Mais après quelques chansons, il se retrouva seul. Alors qu'il allait commencer à chanter, toutes les lumières s'éteignirent. Il avait l'habitude de cela, et se plaça non pas sur scène, mais dans la salle. Il y avait une table vide, normal puisqu'elle était dite réservée, où il s'installa. La lumière qui fixait normalement la scène pour l'allumer devint un halo qui s'alluma progressivement sur lui au début de la musique. Une musique douce et mélancolique. Là, il posa sa voix chaude et envoutante pour commencer sa chanson.


« Quand le ciel s'emplit de toutes ses larmes
Alors je peux défaire mes armes.
Toi qui n'avait d'yeux que pour moi,
Te voilà encore dans ses bras.
Et jamais tu ne reviendras.

J'aurais aimé savoir enfin
Si ce que je faisais était bien
Mais dans tes yeux jamais
Je n'ai pu voir si mes baiser
Pouvaient te rassurer.

Oh Baby, pourquoi ?
As tu abandonné mes pas ?
Oh Baby comment
Défaire tous les serments ?

Cette chanson est à toi
Comme mon cœur et ma voix.
Tout, je t'ai tout donné
Jamais je ne le reprendrais
Car je te l'ai juré.

Oh Baby, pourquoi ?
As tu abandonné mes pas ?
Oh Baby comment
Défaire tous les serments ?

Oh Baby, pourquoi ?
As tu abandonné mes pas ?
Oh Baby comment
Défaire tous les serments ? »


Pendant sa chanson, il observait autour de lui et le vit, cet homme qui buvait tranquillement et qui fumait. Il était le seul à ne pas être accompagné. Pendant sa chanson, plusieurs fois, il l'a fixé, comme si ses paroles lui étaient destinées, alors que ce n'était pas le cas. Et quand il prit sa dernière pose, il était là, en face de lui, les yeux droit dans les yeux. Ceux de Masato étaient très sérieux, comme à chaque fois qu'il chantait. Il se perdait dans ceux de l'homme, mais rapidement, il se retourna pour saluer les gens qui applaudissaient. Il le savait, il avait une belle voix, même si les paroles n'étaient pas de lui, il savait jouer avec. Il retourna sur scène et salua une dernière fois avant de sortir de la salle. Il passa une serviette sur son corps qui avait légèrement transpiré. Mais il ne fit pas attention aux autres chanteurs qui le félicitaient. Il ne pensait qu'à cet homme. Qui était-il ? Il avait un certain charme, mais surtout, il dégageait quelque chose. Lui, jeune pégase aux ailes déployées, il s'était sentit vide à côté.

Aussi, au lieu de prendre un verre sur la table vide avec ses camarades, il alla voir l'homme. La lumière était revenue comme d'ordinaire, et éclairait avec un peu plus d'insistance la pièce. Une fois à sa hauteur, Masato l'observait. Il ne savait pas pourquoi il l'avait ainsi marqué, mais il voulait le savoir, aussi, d'une voix à la fois anodine et sensuelle, il lui montra la chaise à côté de lui.


« Je peux ? »

Et sans attendre de réponse, il s'assit.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
ARCHIVISTE ◊ ORACLEMODÉRATRICE
avatar

Seiichi Hasegawa
ARCHIVISTE ◊ ORACLE
MODÉRATRICE


Coquillages : 3261
Messages : 136

Bonus
Inventaire:
Bloc-notes:
MessageSujet: Re: Don't crease a catfish's whiskers [ pv -> UEHARA Masato ]   Jeu 4 Sep - 21:08

La fée verte luisait au fond du verre, coulant doucement sur le sucre et la cuillère. Seiichi aimait boire. Il aimait la force de l'alcool, le feu qui descendait lentement dans ses entrailles et venait jusqu'à lui inonder les veines tel de la lave en fusion. Il aimait boire et il aimait fumer, laisser sa raison se perdre dans les arabesques voluptueuses qui montaient au plafond. Il ne voulait plus penser ; à quoi bon utiliser son cerveau à autre chose qu'à ses recherches ?
Son humeur languissante ne le quittait pas, bien que le goût anisé de l'absinthe accaparât maintenant la plupart de son attention. Après tout, c'est la dose qui fait le poison...

Bientôt, on tamisa les lumières et le spectacle commença. Seiichi se souvenait vaguement avoir vu un panneau qui l'annonçait à l'entrée, mais il n'y avait pas fait attention. Ce genre de divertissement ne l'intéressait guère, mais par respect pour ces jeunes gens sur scène, il se devait d'apprécier le spectacle. Certains lui semblèrent bien jeunes... L'alcool aidant, ses facultés le laissaient un peu tranquille ; et il pouvait se permettre de se concentrer sur des visages ou des corps sans que leurs particularités ou leur ascendance ne lui sautent au visage. C'était, il fallait bien l'admettre, relativement relaxant.

Malgré cela, il ne pouvait s'empêcher de remarquer, ici une longue queue touffue, là une paire d'ailes diaphanes. Alaria, au fond, manquait cruellement d'humains normaux – c'est ce qui faisait son charme.
Le spectacle se déroula sans fausses notes. Tous ces jeunes hommes étaient charmants et talentueux ; cela allait sans dire. Un solo cloua le concert sur une bluette sensuelle. Seiichi se sentit comme observé par le chanteur, un beau pégase paré de toute l'ardeur de sa jeunesse. Il devait admettre que celui-ci n'était pas désagréable à regarder. Leurs regards se croisèrent plusieurs fois. L'oracle n'y vu pas grand-chose. Comme sa grande et éternelle modestie ne tarderait pas à le rappeler à quiconque voudrait bien l'entendre, ce n'était pas la première fois qu'il était la cible d'œillades si appuyées.

Les lumières se rallumèrent et l'homme aux cheveux d'argent repartit au fond de son verre. Il en était au troisième, dans ce flottement délicieux entre la raison et l'inconscience, lorsqu'on vint s'asseoir près de lui. Seiichi l'avait à peine entendu. Il releva un œil vert étonné vers le jeune homme à la voix envoûtante. Oh, c'était comme ça que ça allait se passer, hein ? Il ne savait pas que le Catfish faisait bar à hôte, maintenant. Changer les plans de sa soirée ne le dérangeait en rien au monde. L'oracle n'était pas un séducteur-né ; il préférait laisser les autres venir à lui, comme les papillons viennent à la flamme. Son cœur était pris dans les glaces de la solitude, enfermé dans l'idée que sa singularité raciale le séparait à jamais du reste du monde. Mur invisible, océan infranchissable...

Seiichi sourit au jeune inconnu. « Mais je vous en prie. En quoi puis-je vous être utile? » Imperceptiblement, et à son insu, il s'était redressé. Bien que toujours sous l'emprise de l'absinthe, ses sens étaient maintenant en alerte.
Il appela le serveur d'un signe de la main, et commanda un autre verre, quittant à peine l'inconnu des yeux. Qu'avait-il donc là ? De longs cheveux blonds, un torse finement ciselé, un visage d'ange déchu... Et ces ailes à la fois immenses et superbes. Un céleste à ne pas en douter. Seiichi se concentra. Un pégase, mais... Humain ? Encore un spécimen des plus intéressants et qu'il allait se faire un plaisir d'observer.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://moonlitarchives.tumblr.com/
4E ANNÉE ◊ DRAGON
avatar

Masato Uehara
4E ANNÉE ◊ DRAGON


Coquillages : 2767
Messages : 124

Bonus
Inventaire:
Bloc-notes:
MessageSujet: Re: Don't crease a catfish's whiskers [ pv -> UEHARA Masato ]   Ven 5 Sep - 20:57

Qu'est ce qui lui avait plus chez cet homme aux cheveux d'argent ? Il avait une mèche qui cachait un de ses yeux, et l'autre était d'un vert intense. Lui qui n'avait pas spécialement de faible pour ceux qui ont les yeux verts, et qui préfère les cheveux qu'il juge de couleur naturelle, le voilà à aller draguer un type bien plus âgé que lui et qui ne correspondait pas à ses critères. Il se demandait si ses camarades ne lui avaient pas joué un mauvais coup avec le verre au goût étrange qu'il avait bu auparavant, juste après le spectacle en coulisse. Il fallait dire qu'il était le seul mineur, et qu'il n'avait jamais touché à l'alcool. Il savait que le patron pouvait lui en servir s'il le demandait, il suffisait de truander les contrôleurs s'il y en avait. Mais comme ils avaient été contrôlés la semaine d'avant, ils étaient presque sur qu'ils ne reviendraient pas avant un moment. Et vu comment un de ses collègues parlait au barman en le regardant, il semblerait qu'ils aient une idée derrière la tête. Bah, si ça rendait Masato plus entreprenant qu'il ne l'était déjà, ça ne le gênerait pas. Après tout, ce qu'il avait bu juste avant n'était pas mauvais, même s'il doutait être robuste face à l'alcool.

En apportant le verre à l'inconnu, le serveur déposa un autre verre à Masato avec un clin d'œil. Il avait remarqué que l'homme n'avait pas vraiment cessé de le regarder, et ça lui donnait une certaine importance, sans s'en prendre la tête. Il ne cessait lui non plus de le regarder. Il n'avait rien qui montrait qu'il avait un lien avec une créature, il semblait parfaitement normal, contrairement à la plupart des personnes présentes en ce lieu. Il n'avait pas d'ailes, contrairement à lui, ni d'attributs animaux, comme les garous, et encore moi l'air d'un mort vivant. Enfin, il n'était pas oracle, il se pouvait très bien que ce grand gaillard ait une particularité. Il bu une gorgée de son verre avant de répondre à l'homme. En buvant, il sentit la chaleur de la boisson, pourtant fraiche, lui traverser la bouche, puis tout son corps. Quelle connerie avaient-ils encore fait ? Masato était un peu le petit frère de la bande, et il n'en était que gentiment malmené par ses ainés. Mais de là à le faire boire de l'alcool …


« Et bien, j'ai cru remarquer que vous êtes le seul à ne pas être accompagné en cette soirée dans ce bar. Je me suis dit que votre compagnie serait plus agréable que celle de mes compagnons, qui ont tendance à me faire des farces parfois de mauvais goût. »

Comme lui mettre un verre d'alcool sous le nez par exemple. Surtout qu'il ne trouvait pas cela mauvais, même s'il ne savait pas ce qu'ils lui avaient mis dans le verre. Il lui semblait que cela ressemblait au cocktail sans alcool qu'il prenait d'ordinaire … Un Mojito non alcoolisé … Ok, ils lui avaient mis du mojito. Pas mauvais finalement, mais un peu fort pour lui qui n'avait pas l'habitude. Il regarda un moment dans le verre. Oui, ses pensées étaient quelque peu confuses, mais il lui semblait être plus … Entreprenant ? Comme avec sa main qui s'était rapprochée de celle de l'inconnu sans la toucher.

« Je m'appelle Masato Uehara, et à quel charmant homme ai-je l'honneur ? »

On devait voir dans ses yeux le regard un peu brillant du jeune homme, qu'on aurait pu qualifier d'attiré, comme s'il se plongeait dans l'œil vert de l'adulte. Il n'était pas fier de boire, et surtout de ne pas s'arrêter alors qu'il savait parfaitement que c'était alcoolisé et qu'il sentait qu'il était sous cet effet, ce n'était pas son genre, il avait toujours été sérieux sur cela, pas d'alcool avant sa majorité … Avaient-ils remarqué qu'il l'avait observé pendant son show ? Peut-être, certains étaient observateurs. Mais pourquoi de l'alcool ? Ils auraient pu lui faire une autre blague, moins risquée, même si Masato faisait un peu plus âgé que son âge.

Il passa une main devant lui, ignorant un instant l'homme qui était à côté de lui. Il voyait ses amis rire discrètement. Ah … Que diraient ses … Non, il ne devait pas penser à ses parents, humains ou pégase d'ailleurs. Ils ne seraient pas fiers de lui, c'est sur. Il se concentra sur l'homme, sur son œil vert exactement. Là, cette fois ci, il essayait de voir ce que l'homme pouvait exprimer par le regard ...
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
ARCHIVISTE ◊ ORACLEMODÉRATRICE
avatar

Seiichi Hasegawa
ARCHIVISTE ◊ ORACLE
MODÉRATRICE


Coquillages : 3261
Messages : 136

Bonus
Inventaire:
Bloc-notes:
MessageSujet: Re: Don't crease a catfish's whiskers [ pv -> UEHARA Masato ]   Dim 7 Sep - 16:14

Le seul à ne pas être accompagné, hein ? Les jeunes avaient un sens de l'observation fulgurant, de nos jours.
Bien sûr que Seiichi était seul ; après tout, il n'avait jamais été du genre à s'attacher. Pendant longtemps, il avait cru que ses dons d'oracles le plaçaient au-dessus de tous – qu'il ne pouvait pas devenir ami avec quiconque car il connaissait la véritable nature des gens, leurs origines, du premier coup d’œil. Puis la vie lui avait petit à petit appris qu'il y a plus chez un individu que sa race, et que l'unicité de la sienne – ce mélange étrange entre deux créatures mythiques, qu'il n'avait jamais retrouvé – ne signifiait pas qu'il ne pouvait pas s'entendre avec d'autres.
Entre s'entendre et se confier, il y a tout de même un pas que l'alcool aiderait peut-être à franchir. Peut-être ou peut-être pas…

Une chose le chiffonnait particulièrement. Maintenant qu'il l'avait vu de près, le pégase lui semblait extrêmement jeune ; beaucoup trop jeune pour travailler dans un bar et draguer les clients pour les pousser à la consommation. Était-il seulement majeur ? Et s'il était si jeune… N'était-il pas étudiant à Abberline ?
Mais poser la question casserait un petit peu la bulle de lumière tamisée et de musique cotonneuse qui les entouraient.

Seiichi ne voulait pas revenir au monde réel ; en tout cas, pas tout de suite. Pour un soir, il ne serait pas archiviste à l'école ; après tout, ça ne faisait de mal à personne de changer de peau de temps en temps, n'est-ce pas ?

Il sourit. « Votre attention me flatte, Masato. Je m'appelle Seiichi. Enchanté. » L'oracle porta son verre à ses lèvres. «  Êtes-vous donc si maltraité par vos collègues ? Vous paraissiez pourtant tout à fait à l'aise en leur compagnie, sur scène. »

Seiichi ne remarqua pas la main posée près de la sienne. Il avait remarqué, par contre, le clin d'œil du serveur. Était-il victime d'un bizutage ? « Va parler au mec là-bas et fait-le boire ? » Cela lui déplairait grandement. Il aimait la compagnie des beaux jeunes gens, mais pas au point que ses partenaires soient forcés de lui faire la discussion. Même en mettant de côté le fait qu'en tant que membre du personnel du pensionnat il était censé veillé au bien-être des élèves, il restait humain et ne voulait pas mettre ce beau visage qui lui faisait face dans l'embarras.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://moonlitarchives.tumblr.com/
4E ANNÉE ◊ DRAGON
avatar

Masato Uehara
4E ANNÉE ◊ DRAGON


Coquillages : 2767
Messages : 124

Bonus
Inventaire:
Bloc-notes:
MessageSujet: Re: Don't crease a catfish's whiskers [ pv -> UEHARA Masato ]   Mer 10 Sep - 9:43

S'il était si maltraité ? A dire vrai, non, mais il était sujet aux taquineries à cause de son âge. Après, c'était aussi qu'il avait remarqué cet homme et qu'il avait eu envie de faire sa connaissance, certes en draguant, mais faire la connaissance de quelqu'un était autorisé non ? Après tout, ce n'était pas parce qu'il était mineur qu'il n'avait pas le droit d'être dans un bar à discuter, un verre à la main … Enfin si, mais ne restons pas à ce sujet ! Ce n'était pas un pari idiot, il ne faisait jamais ce genre de paris, c'était complètement déplacé et irrespectueux. En tant que dragueur invétéré, il se devait de rester respectueux de la personne qui se trouvait en face de lui. Il appréciait ses collègues, mais pas quand ils lui faisaient des remarques ou des farces parce qu'il était le plus jeune, et le seul mineur … Il regarda son verre, presque vide et le fini. Il se sentait étrangement bien, comme si quelque chose en plus était en lui. Comment l'expliquer … Il se sentait plus entreprenant … Plus expressif... Mais bizarrement, il avait moins envie de draguer cet homme. Cela aurait été quelqu'un de son âge, cela serait passé comme une lettre à la poste, mais là, il ne savait pas vraiment comment s'y prendre. Sa main toujours près de celle de Seiichi, qui surnomma dans son esprit Sei-chan, il se demandait ce qu'il pouvait en faire, il se décida de la laisser là où elle était.

« Oh ! Ils sont gentils, mais étant le plus jeune, j'ai le droit à des moqueries de tout genre, et à de nombreuses blagues parfois déplacées. Encore heureux qu'ils n'essaient pas de me lancer de paris idiots, je déteste ce genre de choses, c'est souvent irrespectueux vis à vis des personnes concernées. »

Il passa sa main dans ses cheveux, l'éloignant donc de celle de l'homme. Il était un peu gêné, mais se sentait si et tant bien qu'il ne voulait pas partir. Puis, il se dit qu'il ne devait pas rester sur des sujets qui le gênait, qu'il devait trouver une autre solution, un autre sujet de discussion. Mais lequel ? Peut-être le fait qu'il soit seul, ou qu'il boive seul tout bêtement … Mais il ne voudrait peut-être pas en parler. Il reposa sa main, encore un peu plus près, sans vraiment le vouloir finalement.

« Et qu'est ce qui vous amène à venir boire seul ici ? »

Ah bah finalement, l'alcool faisait effet puisqu'il disait des choses qu'il n'aurait pas dit d'ordinaire. Ses pensées avaient dépassé le stade de pensées et sa voix était plutôt mielleuse. Il fallait dire qu'il n'était pas du genre à rester indifférent quand une personne lui plaisait, même s'il ne savait pas pourquoi. Et puis, il n'aimait pas voir des personnes boire seules, il allait souvent au moins faire la discussion avec eux. Oui, il aurait été tout aussi bien dans un bar à hôtes, mais il n'avait pas prit la peine de chercher dans ce domaine, il avait juste voulut chanter, le reste était secondaire.

Le chant … C'était son seul amour, avec la musique, il jouait d'instruments, trois en tout dont le piano et le saxophone. Le troisième, aussi étrange que cela puisse paraître, était la flute traversière. On le prenait plutôt pour un instrument de « filles » au début, mais il aimait cela, même s'il en jouait moins que les deux premiers. Le saxophone, premier instrument qu'il a pratiqué, reste son instrument fétiche, quand au piano, c'était pour pouvoir avoir une base seul quand il chantait sans personne.

Mais revenons à la lumière tamisée de la pièce. Il avait eu un instant les yeux dans le vague en pensant à son seul amour. Était-ce le trahir que d'essayer de draguer, et peut-être de trouver quelqu'un ? Non, c'était deux choses bien différentes.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
ARCHIVISTE ◊ ORACLEMODÉRATRICE
avatar

Seiichi Hasegawa
ARCHIVISTE ◊ ORACLE
MODÉRATRICE


Coquillages : 3261
Messages : 136

Bonus
Inventaire:
Bloc-notes:
MessageSujet: Re: Don't crease a catfish's whiskers [ pv -> UEHARA Masato ]   Dim 14 Sep - 17:14

[ HRP : l'âge de la majorité est de 20 ans au Japon. ]

« Je vois... »

C'était comme si le jeune pégase avait deviné ses pensées et voulut le rassurer. Et peut-être pouvait-il véritablement savoir ce qu'il pensait ? Seiichi devrait être plus méfiant. Ou pas. L'alcool le poussait vers l'indulgence et la confiance, sur cette pente douce mais glissante qui mène aux rencontres les plus incongrues.
Il en avait fait, sous l'emprise de l'alcool, des vertes et des pas mûres, dans sa prime jeunesse. Il avait fréquenté les belles femmes et les beaux jeunes gens. L'idée qu'on dut attendre d'avoir vingt ans pour boire plus que de raison et faire des folies de son corps lui avait toujours paru un peu absurde. Il avait perdu sa virginité assez tôt et, sans s'en vanter, ne s'en portait pas plus mal.

L'amour, de toute façon, ce n'était pas pour lui – il avait essayé, et ça ne lui avait pas réussi. Il ne savait pas s'occuper de quelqu'un plus de quelques mois. Après tout, qui pourrait aimer quelqu'un comme lui ? Qui pourrait se targuer de retenir l'attention d'une créature si unique, aux origines et aux dispositions si particulières ?
Personne. Personne ne pourrait jamais le comprendre ou l'apprécier ; au fond de son cœur, Seiichi se sentait seul et condamné à le rester. Ce n'était pas grave. Il n'avait pas besoin de compagnie, tant qu'il pouvait mener ses précieuses recherches.

Alors que répondre à une question si innocente et pourtant si douloureuse ? L'homme aux cheveux d'argent regarda un instant le fond de son verre. L'alcool lui donnait des ailes. Il baissait la lumière et entourait tout d'un doux halo doré. Il n'avait pas envie de dire la vérité. Il n'avait pas envie de briser l'intensité et la perfection de ce moment, de cette rencontre, par l'aveu ou même la mention de ses tourments intérieurs. La solitude ne l'avait jamais dérangée, mais il avait encore, parfois, du mal à mettre un terme à sa quête d'identité.

Allez, Seiichi ! Tu es là pour faire la fête, pas pour casser l'ambiance. Les deux hommes avaient chacun eu leur petit moment de vague et il était temps d'y remédier. Oui, il était grand temps de s'amuser un peu. Gentiment, certes, mais s'amuser quand même.

L'oracle finit son verre d'une traite avec un petit soupir satisfait. C'est en le reposant qu'il remarqua la main de Masato près de la sienne. Il y avait peut-être moyen... Avec un tel gamin ? Tu rêves, Seiichi ! Demande-lui au moins son âge, d'abord ! L'inaction ne te réussit vraiment pas... Tu ne viens pas de te dire que tu devais être méfiant, en plus ? S'il y a un télépathe dans le coin, tu vas vraiment en prendre pour ton grade.

« Je m'ennuyais », répondit-il finalement. «  Je m'ennuyais chez moi. Je vis seul et je voyage beaucoup. Ça me fait du bien de me poser quelque part, de temps. » Il fit un signe de la main au serveur, lui intimant de lui ramener la même chose.
« J'aime bien l'ambiance ici, et puis, on y fait toujours des rencontres intéressantes. » Ajouta-t-il avec un petit sourire discret.

Il avait à peine eu le temps de commander son verre qu'on le lui ramenait, tout en déposant un autre devant son jeune ami. Du Mojito, non ? Oui, avec des feuilles de menthe, ça devait être du Mojito. Ils étaient vachement bons, ici. Impossible de se souvenir de ce qu'on mettait normalement dedans. Bah, aucune importance. Il avait une main à attraper et il ne lui manquait plus qu'une occasion propice.

Celle-ci ne se fit pas attendre : les lumières baissèrent brusquement et une musique lancinante envahit la salle. Oh, ça promettait, ça.

« J'avais oublié que vous faisiez boite de nuit ». Seiichi dut élever la voix pour espérer que Masato l'entende. À quel cela ne tienne... Il attrapa cette main près de la sienne, si chaude et si douce, une main fine et bien manucurée, presque une main de fille. Ce simple contact fit battre le sang dans sa poitrine. Depuis combien de temps n'avait-il pas touché quelqu'un ainsi ? Oh oui, amuse-toi, mais fais attention, Seiichi. Il ne lâcha pas la main du chanteur et se rapprocha de son visage.

« Est-ce que vous dansez, petit pégase ? » Lui demanda-t-il au creux de l'oreille, dans un souffle chaud et mielleux.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://moonlitarchives.tumblr.com/
4E ANNÉE ◊ DRAGON
avatar

Masato Uehara
4E ANNÉE ◊ DRAGON


Coquillages : 2767
Messages : 124

Bonus
Inventaire:
Bloc-notes:
MessageSujet: Re: Don't crease a catfish's whiskers [ pv -> UEHARA Masato ]   Lun 15 Sep - 15:24

Il s'ennuyait ? C'était une raison pour sortir, mais souvent on essaie de voir du monde non ? En même temps, si c'était ce qu'il cherchait, il l'avait trouvé non ? Ce n'était peut-être pas la meilleure des raisons pour le pégase, mais sous l'effet de l'alcool, il ne se posa pas plus de questions. Il vivait seul hein ? Vu l'heure, il pourrait même lui demander de l'héber... Non mais à quoi il pensait ? Il devait se manier pour ne pas être en retard pour le couvre feu. Certes, il avait l'habitude d'être collé pour raison X ou Y, mais il n'allait pas leur donner une raison de plus. Il allait se lever et s'excuser quand l'autre, Sei-chan non ? Il avait presque oublié son prénom, quand Sei-chan lui dit qu'il y faisait toujours des rencontres intéressantes. Bah, au pire, il demanderait à un autre de son groupe de travail de l'héberger pour une nuit. Et puis, il n'avait pas cours le lendemain, il pourrait peut-être être discret. Mais en apportant le verre que Sei-chan avait commandé, on lui reposa un autre verre sous ses yeux, toujours avec un clin d'œil. Il n'y toucherait pas, du moins, pour le moment. On lui fit un signe aussi de regarder sa montre. En effet, quand commencerait la boite de nuit, il serait trop tard pour rentrer à l'école. Cependant, il n'eut pas le temps de réagir que la musique et l'ambiance changèrent.

Il était trop tard …

Bah, il n'avait plus qu'à profiter de sa soirée maintenant, et puis, ça ne se verrait pas qu'il sentait l'alcool. Quand Sei-chan lui dit qu'il avait oublié qu'ils faisaient boite de nuit, il sentit cette main, plutôt fraiche contrairement à ce qu'il aurait pensé, mais au contact qui surprit tout de même Masato, même s'il ne le montra pas. Il n'était jamais allé jusqu'à un contact avec quelqu'un, et se trouvait très entreprenant ce soir là, même si c'était l'homme aux cheveux argentés qui avait saisit la main, lui même l'avait sacrément rapprochée. A si, parfois, il avait eu un contact, un effleurement, mais pas un tel rapport. Il se demanda où ça l'emmènerait cette histoire. Qu'à cela ne tienne, il en profiterait, tout simplement. Il vit son visage se rapprocher et sentit, autant sous l'alcool que dans son caractère, le rouge commencer à lui monter aux joues. La lumière était telle qu'on ne le remarquerait peut-être pas. Il l'espérait. Il entendit cette voix qui lui donnait envie de tout accepter lui demander s'il dansait. Il ne releva même pas le « petit pégase », l'avait-il seulement entendu ? La musique et l'alcool rendait son audition quelque peu difficile, ou plutôt sélective. Il eut un sourire qui en disait long. Oui, cette soirée, il allait en profiter, pour une fois. Il glissa à l'oreille, d'une voix qui se voulait envoutante.


« Seulement si vous me faites le plaisir de m'accompagner. Je ne danse qu'en bonne compagnie. »

Bien évidemment qu'il allait l'accompagner, c'était dans la question, même si c'était sous entendu, mais il préférait appuyer un peu le plaisir de sa compagnie. Après tout, ce n'était pas tous les soirs qu'il était aussi à l'aise, même s'il n'était jamais allé aussi loin dans la drague, c'était l'occasion de tester non ?
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
ARCHIVISTE ◊ ORACLEMODÉRATRICE
avatar

Seiichi Hasegawa
ARCHIVISTE ◊ ORACLE
MODÉRATRICE


Coquillages : 3261
Messages : 136

Bonus
Inventaire:
Bloc-notes:
MessageSujet: Re: Don't crease a catfish's whiskers [ pv -> UEHARA Masato ]   Jeu 18 Sep - 4:57

Si une partie de son cerveau avait essayé de lui expliquer que c'était une mauvaise idée, elle avait abandonné depuis longtemps. Seiichi était bien parti pour s'amuser et l'alcool, la solitude et l'arrivée impromptue du beau garçon qui lui faisait face n'y étaient pas pour rien. Bah, quoi ? Même les adultes avaient le droit de délirer de temps en temps... Non ?

La salle était maintenant plongée dans la lumière bleutée propre aux établissements nocturnes. Il y avait bien quelques spots, mais ils n'étaient pas très forts pour l'instant. Quelques tables avaient été poussées, et un groupe de jeunes filles enthousiastes se trémoussaient déjà dans un coin. Mais ce n'était pas assez ; non, Seiichi était tout de même relativement orgueilleux – et sûr de lui, pour quelqu'un qui n'avait pas esquissé le moindre pas de danse depuis des mois.
Il avait fait la fureur des dance floors dans sa jeunesse, et ce n'était pas ça qui allait l'arrêter ! Le feu coulait maintenant dans ses veines.

Il répondit à Masato par un clin d'œil et se levant de sa chaise. Oh, là, là, oui, il avait définitivement trop bu. Mais ce n'était pas grave. Il pouvait encore marcher droit, plus ou moins, et il était presque sûr que son compagnon était tout aussi sobre que lui. Il se releva et enleva la chemise qu'il portait ouverte sur son t-shirt, la jeta nonchalamment sur le dos de sa chaise.

L'oracle ne cherchait pas spécialement à être séducteur ; mais son corps et ses instincts avaient pris le dessus. Il voulait, presque innocemment, se sentir plus à l'aise pour danser. Il avait juste oublié que son t-shirt était peut-être un peu trop moulant pour ne pas caché la minceur de ses formes.

Il lança un clin d'œil à Seiichi et étira rapidement ses bras, poussant chaque coude vers l'épaule contraire. Danser, ce n'était pas n'importe quoi. Puis il étendit sa main vers le pégase, dans un geste l'invitant à le rejoindre sur la piste. Sans attendre sa réponse, il entremêla ses doigts aux siens et l'entraîna.

Par un heureux concours de circonstances, la musique évolua vers quelque chose d'un peu plus rythmé. Et Seiichi se mit à danser.

Bien sûr, il avait bu et ses mouvements n'avaient pas l'élégance qui aurait pu être les leur. Mais il était privé de toute inhibition et cela se sentait sûrement. Ses gestes étaient fluides ; les bras, les mains, les hanches, les jambes, les pieds – tout bougeait. Il n'avait pas de style en particulier ; il se laissait porter par la musique, les yeux fermés. Et c'était ça qui était bon.

Il dansa d'abord à un pas de Masato, avec lui sans danser avec lui, laissant son corps se réhabituer à la musique. Il avait les yeux fermés ou mi-clos, comme s'il passait dans un autre état, dans une autre peau. C'était une facette de lui qu'il ne montrait pas souvent ; et il avait vraiment coupé le cerveau. Il le regretterait sûrement le lendemain. Mais il voulait s'amuser. Au bout d'un moment, il ouvrit à nouveau les yeux en grands et, souriant malicieusement à Masato, il se rapprocha de lui, jusqu'à ce qu'ils soient proches au point de se toucher.

La balle était maintenant dans le camp du pégase ; après tout, il aimait se faire un peu désirer.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://moonlitarchives.tumblr.com/
4E ANNÉE ◊ DRAGON
avatar

Masato Uehara
4E ANNÉE ◊ DRAGON


Coquillages : 2767
Messages : 124

Bonus
Inventaire:
Bloc-notes:
MessageSujet: Re: Don't crease a catfish's whiskers [ pv -> UEHARA Masato ]   Sam 27 Sep - 15:02

L'homme décida d'aller danser avec le jeune pégase. Masato n'avait pas souvent dansé en boite de nuit, si ce n'était pour dire jamais, mais il avait dansé dans des soirées de jeunes. Il n'était pas toujours à l'aise, mais ce soir là, c'était différent, il se sentait vraiment bien, même s'il rougit en voyant l'autre homme enlever sa chemise, dévoilant ses formes. Hum … Peut-être était-ce l'alcool, surement même, mais il était sous le charme, lui qui n'avait jamais été séduit vraiment par quelqu'un. Il rougit d'autant plus quand il sentit les doigts de Sei-chan prendre les siens pour l'emmener sur la piste de danse. Bien qu'il était un peu coincé, il commença à se déhancher d'une manière plutôt élégante. Il voyait les personnes les regarder, avant de commencer à leur tour à danser. Puis, il vit l'autre homme se rapprocher de plus en pus, jusqu'à ce que les deux se touchent.

Masato était moins gêné que d'ordinaire, mais il sentit son corps se raidir à ce contact. Envie d'aller plus loin ? Surement, mais comment ? La musique était endiablée, rythmée, il aurait fallut quelque chose de plus calme, comme un slow, ce qu'il dansait le plus. Il resta le temps de la musique rythmée à danser contre Seiichi, mais sans aller plus loin. Puis, il y eu un moment où la lumière devint presque noire, et la musique devint plus lente, plus chaleureuse. Le fameux slow qu'il attendait.

Il ne demanda rien à son partenaire de danse, et ignora les regards sur eux, il le prit par le cou, ses coudes au niveau des oreilles de l'oracle, et commença à se coller vraiment contre lui. Mais qu'est ce qu'il faisait ? Il savait qu'ainsi, il le sentirait, ce membre durci, et cette envie d'aller plus loin qu'un simple plan drague. L'alcool lui montait vraiment à la tête. Ce type avait peut-être deux fois son âge, et il était à le provoquer, sans savoir si ça allait donner quelque chose ou pas, mais à espérer que cet homme était bien un simple civil. Qu'est ce qui lui arrivait ?

Quoi qu'il en fut, il dansait, collé à lui, leurs visages si proches. Ils pourraient presque s'embrasser, mais le pégase hésitait. Et s'il se faisait rejeter ? Lui qui n'avait jamais été repoussé par quiconque, au contraire, voilà qu'il doutait de lui. Non, ce n'était pas de l'amour, juste un nouveau désir, quelque chose qu'il ne connaissait pas.

Ses ailes étaient toujours dépliées, et venaient à caresser la joue de son partenaire de danse, comme l'invitant à plus qu'une simple danse, comme voulant être tendre avec lui. C'était le cas, mais quand il s'en rendit compte, il sentit ses joues et ses oreilles en feu. Oui, l'alcool faisait faire des choses. Il réprimanderait ses camarades de chant pour cette mauvaise blague … Bien qu'elle n'était pas si mauvaise que cela, même si sans, il ne serait jamais allé si loin et n'aurait jamais manqué l'heure de l'extinction des feux. Ses camarades de chambres allaient surement le chambrer, et il allait passer un sale quart d'heure avec les surveillants. Tant pis, il était bien mieux là qu'ailleurs …

C'était le cas de le dire, parce que leurs visages étaient si proches que leurs lèvres étaient en train de se frôler. Masato oubliait le reste, il était avec cet homme dont il ne voyait qu'un œil, donc il sentait son odeur, dont il était sur le point d'aller plus loin.

Ce fut d'ailleurs ce qu'il fit …

Ses actes dépassèrent ses pensées et les lèvres douces et vierges du pégase touchèrent doucement celles de l'homme, il avait fermé les yeux et était rouge comme une pivoine, mais il avait franchi l'étape du baiser, même s'il était timide et tremblant. Après tout, c'était le premier baiser du jeune garçon à la longue chevelure blonde ...
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
ARCHIVISTE ◊ ORACLEMODÉRATRICE
avatar

Seiichi Hasegawa
ARCHIVISTE ◊ ORACLE
MODÉRATRICE


Coquillages : 3261
Messages : 136

Bonus
Inventaire:
Bloc-notes:
MessageSujet: Re: Don't crease a catfish's whiskers [ pv -> UEHARA Masato ]   Ven 3 Oct - 2:11

Il faisait chaud. Il faisait drôlement chaud, non ?
Seiichi sentait l'atmosphère se réchauffer – mais la chaleur ne venait pas que de la salle. Elle l'envahissait, remontant de ses entrailles enfiévrées par l'alcool. Il avait chaud et il aimait ça, le cerveau perdu quelque part entre Orion et Mars.

Il ne savait plus s'il y avait du monde ou s'ils étaient seuls. Ils auraient pu être seuls, oui, juste lui et le pégase, dansant au milieu de la galaxie, pour ce qu'il en savait. Il n'avait plus les pieds sur terre, bien que ceux-ci battaient la cadence et rehaussaient le déhanché de ses mouvements. Il était à la fois ailleurs et ici, son attention dispersée dans toutes les zones où son corps et celui de Masato se rencontraient.

Il est inutile de dire à quel point Seiichi était plus qu'exalté par cette promiscuité ; mais la quantité relativement grande d'alcool qu'il avait ingurgité un peu plus tôt l'avait débarrassé de toute inhibition. C'est à peine s'il enregistrait les signes physiques de l'excitation de son partenaire, tellement qu'il était pris dans son admiration pour lui et dans la jouissance de l'instant présent.

Cela faisait longtemps qu'il ne s'était pas senti aussi bien. Comme si son œil ne lui manquait pas. Comme s'il n'était pas un être borgne, défiguré, bouffi d'aigreur et d'orgueil, perdu dans sa solitude imposée. Comme s'il n'avait pas, au bas mot, dix ans de plus que l'homme qui lui faisait fasse. Ce n'avait pas d'importance. Seiichi n'avait plus d'importance.

Il n'existait plus, entièrement perdu dans les coudes de Masato sur ses épaules, la lueur bleutée de ses yeux qui le perçait à travers les spotlights du dancefloor, le contact de ses belles ailes blanches sur ses doigts frêles... L'oracle avait envie de les caresser. Il voulait sentir ce contact soyeux sur sa propre peau nue... Une main à la base des ailes, l'autre sur les hanches. Il n'existait plus qu'eux au monde, quelque part dans un univers où l'alcool avait défait toutes les lois et toute notion du temps.

Les ailes du pégase lui frôlaient les joues ; les doigts de l'oracle se pressaient contre sa peau, comme s'il voulait encore réduire la distance qui les séparait. Le monde n'existait plus. Il n'y avait plus de musiques, d'arrière-goût d'absinthe ou de lumière tamisée. Il n'y avait plus que leurs deux corps en sueur sous les vêtements qui leur restaient, et les battements assourdissants de leurs deux cœurs se consumant doucement de désir.

Puis, les lèvres du pégase frôlèrent les siennes, timides et tremblantes, avant de s'y appuyer.

Et la réalité revient sur Seiichi, fracassante, aveuglante, terrible – son estomac ne fit qu'un tour ; la galaxie où séjournait son âme se déchira, implosé dans l'éclatement d'un millier de fantasmes interdits, et il revint sur terre, sur Alaria, au Catfish, sur une piste de danse baignée dans la lumière bleutée et la mélodie languissante d'un slow.
Et il se faisait embrasser par un gamin dont il ne savait rien – un gamin qui aurait pu être forcé à le faire pour gagner quelques coquillages de plus, pour ce qu'il en savait !

Tu n'es qu'un connard, Seii. Tu te donnes toi-même envie de vomir. Et tu as trop bu.

Doucement, Seiichi éloigna Masato de lui. Le flot de ses pensées le submergea un instant. Il ferma son œil unique, comme pris de vertige. Il lâcha son partenaire et recula d'un pas. Il voulait fuir. Il voulait courir et fuir, très loin, se cacher au fond d'un trou et ne plus jamais en sortir.
Oh, par les dieux, il était encore loin d'être l'homme de grâce et de bonnes manières qu'il se voulait être...

Mais ce n'était pas comme ça que les adultes réagissaient, n'est-ce pas ?

Et il était censé être un adulte. Oh, bons dieux...

Seiichi se força à déglutir. Il ouvrit l'œil et sourit à Masato, un sourire qui se voulait rassurant.

« On a besoin d'air », dit-il sans être sûr d'être compris, avec toute cette musique. L'odeur de sueur sur la piste de danse l'agressait. Il se trouvait puant et avait envie d'une bonne douche. Tout, tout pour oublier cette situation – franchement, c'était bien qu'il y n'ait personne pour avoir assisté à ça, si on oublie l'intégralité du personnel et de la clientèle du bar, bien entendu. Oh là, là, c'était une catastrophe. Il n'était pas sûr de s'en remettre.

Il attrapa la main du pégase. Il fallait qu'ils discutent. Ça n'était pas censé se passer comme ça. Oh, il n'avait plus fait ce genre de choses depuis trop longtemps. Comment on gère une relation entre êtres humains, déjà ? Première étape : allumer une clope. Ça marchait avec tout le monde, sauf avec Mary, et franchement, il pensait à tout sauf à sa collègue de boulot, maintenant.

Seii récupéra sa chemise en passant et la passa sur son t-shirt maintenant trempé de sueur, lâchant à l'occasion la main de Masato, mais lui faisant signe de le suivre. Oh, il avait du mal à marcher droit... Il déversa quelques coquillages sur le comptoir devant un barman hilare, lui intimant de garder le change, il n'avait plus aucune idée de ce qu'il faisait, mais il se sentait d'un coup très mal, et il avait vraiment besoin d'air.

Il devait y avoir un moment où il s'était trompé, hein ? C'était de sa faute, l'inviter à danser, franchement... Tu es débile, Seiichi. Tu te sentiras comme une merde demain, et ce sera mérité.

Seiichi sortit du bar et reprit son souffle, réalisant qu'il avait retenu sa respiration sans s'en rendre compte. Il inspira profondément et, presque automatiquement, sortit une cigarette de sa poche arrière et l'alluma d'une allumette. OK, tout allait bien. Il allait s'en sortir. Ils allaient s'en sortir.
Dehors, tout était calme. Quelle heure était-il ? Aucune idée. La lune brillait sur une petite soirée tranquille, entourée de ses étoiles préférées. Il n'y avait pas un chat en ville et, dans l'absolu, c'était tant mieux. Tirant sur sa cigarette, Seiichi se sentit comme l'homme le plus pitoyable qui s'était jamais montré sous un lampadaire.

Il finit par prendre la parole. Il se retourna et fit face à Masato- il n'était pas arrivé à le regarder dans les yeux depuis leur baiser, mais il lui devait, et il se devait, de le regarder dans les yeux. Son visage marquait le sérieux de son attitude, ou en tout cas, il l'espérait. Sa voix, en tout cas, avait perdu ses accents charmeurs – ce n'était plus l'heure de s'amuser.

« Je suis désolé, c'est entièrement de ma faute. Premièrement, quel âge avez-vous, exactement ? »
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://moonlitarchives.tumblr.com/
4E ANNÉE ◊ DRAGON
avatar

Masato Uehara
4E ANNÉE ◊ DRAGON


Coquillages : 2767
Messages : 124

Bonus
Inventaire:
Bloc-notes:
MessageSujet: Re: Don't crease a catfish's whiskers [ pv -> UEHARA Masato ]   Ven 3 Oct - 21:44

Après que ses lèvres eut effleurées celles de Seiichi, Masato prit conscience de la réalité … Il était en train d'embrasser un homme qu'il ne connaissait pas, lui qui n'avait même pas embrassé une personne qu'il connaissait bien … Il se sentait un peu perdu, ne sachant plus où se mettre. Mais qu'est ce qui lui était passé par la tête ? L'alcool, oui, c'était l'alcool, rien d'autre. L'alcool était plutôt néfaste pour sa santé mentale. Il allait reculer quand il se sentit repoussé. Il semblerait que l'autre ait pensé la même chose, que cette relation n'était pas saine. Malgré son sourire qu'il voulait être rassurant, Il souffla un « on a besoin d'air » … Le pégase était parfaitement d'accord, après tout, en cette situation, il avait besoin de se retrouver tranquille, et ce n'était pas la lumière tamisée et le son langoureux qui l'aiderait. Il savait aussi que ses collègues l'avaient vu, et qu'il allait se faire chambrer, ou pire, on le ferait chanter …

Il était en train de réfléchir quand il sentit la main de l'homme prendre la sienne, et toujours sous l'effet de l'alcool, il eut envie de le tirer contre lui. Mais il se retint, il n'était pas dans son caractère ou dans sa personnalité de faire cela. Il se laissa entrainer vers le comptoir, avec un barman hilare. Masato lui jeta un regard sombre, devinant par la qu'il était le premier à avoir pensé à cette idée de le faire boire. Mais pourquoi avoir fait cela ? Il allait lui poser la question quand l'autre homme s'en alla, et Masato eut le réflexe de le suivre. Il avait allumé une clope, Masato n'avait jamais fumé. Il se demandait ce que cela faisait de fumer, si c'était aussi décontractant que certains présumaient. Il hésitait à lui en demander une, juste pour se changer les idées, pour voir si c'était vraiment une méthode efficace.

Il le regarda droit dans les yeux, Masato détourna le regard, surtout que l'homme était devenu sérieux. Il s'excusa et commença à lui demanda son âge. Qu'est ce que ça pouvait faire ? Il n'avait pas envie de dire qu'il était encore mineur puisqu'il venait de boire. Qu'est ce qu'il aurait pensé s'il avait dit la vérité ? D'ailleurs, il n'avait toujours rien dit … Qu'est ce qu'il pouvait répondre ?


« Qu'est ce que ça peut faire ? »

Il ne voulait pas être froid, mais peut être qu'il l'avait été … Il fallait qu'il se rattrape … Il regarda Seiichi dans les yeux cette fois ci.

« Je suis pas vraiment innocent non plus … Je n'aurais pas du boire ce que mes camarades m'ont apporté, j'aurais du me méfier … Ils sont trop … Enfin bref … »
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
ARCHIVISTE ◊ ORACLEMODÉRATRICE
avatar

Seiichi Hasegawa
ARCHIVISTE ◊ ORACLE
MODÉRATRICE


Coquillages : 3261
Messages : 136

Bonus
Inventaire:
Bloc-notes:
MessageSujet: Re: Don't crease a catfish's whiskers [ pv -> UEHARA Masato ]   Dim 5 Oct - 21:32

Seiichi tira sur sa cigarette – qu'est-ce qu'il était censé faire d'autre, de toute façon ? Le tabac se consumait, délivrant une odeur ambrée dans l'air de la nuit. La lune était haute et pâle, la rue faiblement éclairée par un lampadaire ; mais l'oracle, ivre et désabusé, était le plus blanc de tous. Quelle soirée, vraiment. Ça lui apprendrait, ça, à se laisser draguer. Pourquoi ne l'avait-il pas envoyé paître ? Quel idiot. Tu es un idiot, Seiichi. Un abruti.

Seiichi ne le lâchait pas des yeux, pourtant. Il était un idiot, mais un idiot qui admettait ses erreurs et aimait les assumer jusqu'au bout. Tant qu'il ne finissait pas au chômage et poursuivi pour avances sexuelles sur mineur en état d'ébriété sur la voie publique, il devrait s'en sortir. Même si la réponse de Masato lui déplaisait grandement.

« Ça peut faire que j'ai vingt-huit ans. Je vous laisse faire le calcul... » Il ferma l'œil et passa une main fatiguée dans ses cheveux d'argent, dévoilant une fraction de seconde son œil mort. C'était un geste qu'il ne faisait jamais en public. C'était un geste de défaite et de désespoir ; et il haïssait de se surprendre à l'avoir fait.
Il s'était senti si bien, quelques minutes auparavant... Il avait eu envie de s'amuser, de s'oublier, de s'envoler sur les ailes blanches de Masato ; et maintenant, il avait la nausée rien que d'y penser. Sa main redescendit sur son visage et ses doigts fins pincèrent l'arrête de son nez. Quelque part, dans le monde réel, Masato bafouillait des excuses. Il était mignon, ce petit, mais il se plantait royalement. Les adultes doivent assurer pour les petits, hein ?

Il exhala une longue bouffée de fumée dans la direction contraire de celle de Masato. Il fallait reprendre les choses depuis le début. Il était un adulte, il travaillait dans une école, et il était donc de son devoir de reprendre les choses en mains. ... Il travaillait dans une école ? Oh, merde. Il n'y avait qu'une seule école, sur l'île. Ça promettait, ça, tiens.

«  Donc, vous êtes mineur. Je ne suis pas spécialement bien placé pour vous faire la leçon, mais essayez d'être plus prudent la prochaine fois. Certains sont beaucoup plus entreprenants que moi. »

Seiichi s'en voulait vraiment. Et, au fond de lui, il s'inquiétait. Il n'avait pas l'air bien méchant, le petit pégase, et à voir ses réactions, il n'était peut-être pas très expérimenté non plus... Comme un agneau entouré par les loups.

«  Qu'est-ce que vous allez faire, maintenant ? Le dernier bus pour Abberline a dû partir il y a des heures et je ne parle même pas du couvre-feu. Il serait littéralement impossible de rentrer au pensionnat... Non, ne faîtes pas cette tête-là. Je ne suis pas prof. Mais j'ai été élève là-bas, je sais comment ça marche. »

Il tira sur sa cigarette. OK, jusque-là, ce n'était pas un mensonge. Ce n'était pas la vérité non plus, mais Masato n'avait pas besoin de savoir qu'il travaillait là-bas. Seiichi n'osait même pas imaginer comment gérer la situation présente. Il n'avait jamais croisé le pégase jusque-là et ça pouvait très bien continuer ainsi, n'est-ce pas ?

«  Je ne vous veux aucun mal et je ne veux pas d'ennuis, mais je ne veux pas non plus laisser un gamin à la rue. Est-ce que vous avez quelque part où aller ? »
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://moonlitarchives.tumblr.com/
4E ANNÉE ◊ DRAGON
avatar

Masato Uehara
4E ANNÉE ◊ DRAGON


Coquillages : 2767
Messages : 124

Bonus
Inventaire:
Bloc-notes:
MessageSujet: Re: Don't crease a catfish's whiskers [ pv -> UEHARA Masato ]   Lun 6 Oct - 14:50

Vingt huit ans … Cet homme avait vingt huit ans … Cela faisait … Onze de plus que le jeune pégase, qui se sentit vite un peu petit … Et perdu … Il avait embrassé un homme de onze ans son ainé … Embrassé … Embrassé … Il posa sa main sur sa bouche … En plus c'était son premier baiser … Mais qu'est ce qui lui avait prit ? Mais ses lèvres étaient douces … Non, il ne devait pas penser ainsi ! Mais en même temps, l'alcool ne l'aidait pas, c'était sa première fois pour ça aussi … Qu'est ce qu'il devait faire ? Comment devait-il réagir ? Il écoutait les remarques de l'autre homme, qui lui disait de faire plus attention, que tout le monde n'était pas aussi « sage » … Plus entreprenants … Mais ça ne l'aurait pas gêné … Mais à quoi il pensait ? Il n'était pas là pour draguer maintenant, mais pour essayer de faire le vide … Et puis, il ne voulait pas, en plus d'avoir perdu son premier baiser, perdre sa virginité …

Puis, vint la question fatidique, quoi faire maintenant ? Il fallait dire qu'il avait raison, que le couvre feu était passé et qu'il n'y avait plus aucun bus pour rentrer. Et puis, même s'il allait avoir des ennuis, il ne fallait pas s'en attirer plus que ça … Il devait trouver un lieu où dormir … Il y avait bien ses camarades de scène … Mais là, il ne voulait pas vraiment les revoir, du moins pour ce soir. Même s'il avait des affaires à prendre, il ne dirait rien à ces gars là, il les ignorerait. Il ne voulait pas plus d'ennuis … Mais est-ce qu'il pouvait faire confiance à cet homme ? Après tout, ils avaient passé un bon moment ensemble, ça pouvait continuer non ? Même si c'était sans drague …

Pourtant, la seule réponse qu'il eut fut de fondre en larmes, d'abord silencieusement, puis avec quelques reniflements, puis enfin, il s'assit pour se mettre la tête sur les genoux, recroquevillé sur lui même. Il ne savait pas du tout ce qu'il pouvait faire dans cette situation plus qu'embarrassante. Il voulait que tout s'arrête, revenir en arrière. Et sans le vouloir, il déclencha son pouvoir … Et le temps passa bien plus lentement pour lui, sans se rendre compte que pour Seiichi, cela donnait l'impression qu'il pleurait comme dans un film à l'accéléré, ce qui donnait encore plus l'impression de tristesse et de perdition.

Non, il n'avait nulle part où aller … Non, il ne voulait pas rester à la rue … Mais non, il ne voulait pas non plus le déranger, il avait déjà causé assez de problèmes comme ça ! Il ne voulait pas en causer plus. Puis, son pouvoir s'arrêta, et il semblait qu'il s'était calmé aux yeux des autres, alors qu'il était toujours autant perdu.

Que devait-il faire ? Répondre ? Lui dire qu'il ne savait plus quoi faire ? Lui dire qu'il aurait voulut plus ? Lui dire que l'alcool le faisait complètement délirer ? Non, il ne savait plus du tout ce qu'il devait faire, et ça se voyait. Il y eu une personne qui sortit, un collègue, qui demanda comment ça allait. Masato lui jeta un regard noir empli de larmes, et le garçon rentra. Il y avait encore ses ailes qui avaient finie par s'enrouler autours du pégase. Il formait comme une boule qui se protégeait du monde extérieur ...
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
ARCHIVISTE ◊ ORACLEMODÉRATRICE
avatar

Seiichi Hasegawa
ARCHIVISTE ◊ ORACLE
MODÉRATRICE


Coquillages : 3261
Messages : 136

Bonus
Inventaire:
Bloc-notes:
MessageSujet: Re: Don't crease a catfish's whiskers [ pv -> UEHARA Masato ]   Mar 7 Oct - 2:54

Seiichi se massa les tempes. OK, ce n'était pas non plus ce qu'il avait voulu. Qu'avait-il voulu, au juste ? Il ne s'en souvenait plus. Non, il ne savait plus ce qu'il voulait, mais il était certain que cela n'avait aucun rapport avec un petit pégase en pleurs à ses pieds. Il avait regardé d'abord les larmes s'échapper des yeux bleus du pégase et il avait ouvert la bouche pour essayer de dire quelque chose. Mais quoi ? En tant qu'adulte, il était censé faire passer le message de la prévention et du pragmatisme. On ne se bourre pas la gueule avec des étrangers quand on a 17 ans et qu'ils en ont 28, point.

Puis virent les reniflements, les sanglots et une posture qui lui brisa le cœur.
Qu'est-ce qu'un adulte était censé faire, dans ce genre de situation, de toute façon ? Qui aurait-il pu appeler à l'aide ? Est-ce que deux heures du matin et ivre mort représentaient des conditions idéales pour appeler sa mère ? Non. Il n'était même pas censé avoir de téléphone sur l'île. Donc, pas d'appel à un ami. Qu'est-ce qu'il lui restait ? Le 50-50 ? L'avis du public ?
Bon sang, Seiichi. Tu es un idiot. Pendant que tu te réfléchis, Masato se morfond, et tu as trop bu pour te rendre compte qu'il utilise ses pouvoirs. La démangeaison habituelle, la sensation de puissance, ne t'atteint pas – l'alcool t'a rendu sourd, aveugle et stupide.

Les pleurs de Masato raisonnaient dans la ruelle, avec force et fracas. Seiichi n'avait jamais été doué pour ce genre de choses et laissa passer la tempête. Il ne savait pas exactement ce qui provoquait ces larmes, comment aurait-il pu réagir ? Était-ce un de ses commentaires ? Avait-il été trop brusque ? Ou était-ce simplement la réalisation de l'absurde situation dans laquelle les deux hommes se trouvaient ? Impossible de le savoir sans le demander. Il était Oracle, pas télépathe, bon sang. Et impossible de demander quoique ce soit à Masato tant qu'il était dans cet état-là.

La vision lui brisait le cœur, littéralement. Il avait mal à la poitrine et il restait là, à le regarder pleurer, une main crispée sur son torse et l'autre ballante à ses côtés, une cigarette depuis longtemps éteinte encore au bout des doigts. Il y avait quelque chose dans ce spectacle qui le troublait grandement – dans la manière dont le pégase pleurait de manière effrénée, ses grandes ailes repliées autour de lui. Dans la manière dont il s'était replié du monde, dans sa tristesse, Seiichi y voyait la pureté de son âme, l'innocence de son cœur. Et il se haïssait pour l'avoir brisée. Etait-ce vraiment ça, être adulte ? Était-ce le genre d'adulte qu'il voulait être ?

Quelqu'un sortit du bar et Seiichi n'eut pas le temps de réagir avant que Masato ne l'envoie balader d'un regard. Son premier réflexe aurait été de se dédouaner, mais c'était râpé. Il allait passer pour le pédophile violeur de service, mais tant pis. Il y avait d'autres bars en ville. Ceci n'était qu'un détail. L'essentiel était que le pégase arrêta de pleurer. C'était un spectacle qu'il ne voulait plus jamais avoir à affronter.
Et puisque l'adulte qu'il était ne savait plus quoi faire, il s'en remettait à l'enfant qui l'avait été. Quand il était petit, ses parents avaient la technique parfaite pour apaiser ses peurs et ses sanglots.

Seiichi jeta la cigarette au loin et posa un genou à terre, en face de Masato.

« Masato, s'il-vous-plaît. Je ne vous veux aucun mal. » Dit-il d'une voix qu'il espérait douce. Il approcha doucement ses mains des ailes du jeune homme et les écarta doucement. Il se fraya un passage au milieu des plumes, jusqu'à ce que ses yeux rencontrent à nouveau ceux du jeune homme.
« Ne pleurez plus, d'accord ? » Il avait envie de le toucher. Il avait envie de sécher ses joues. Mais ce n'était pas le moment. Il devait se contrôler. Mais il pouvait, par contre, doucement passer ses mains dans le dos du pégase et l'attirer contre lui, laissant son visage reposer contre sa nuque.

Sa propre voix était à deux mots de se briser, et ses yeux se remplissaient de larmes.

« Je suis conscient de l'absurdité de la situation, mais j'habite à deux pas d'ici. Je vous donne les clefs, l'appartement est votre, d'accord ? Je dormirai dans l'entrée. Je m'en fiche, je veux juste ne plus avoir à vous voir pleurer. »
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://moonlitarchives.tumblr.com/
4E ANNÉE ◊ DRAGON
avatar

Masato Uehara
4E ANNÉE ◊ DRAGON


Coquillages : 2767
Messages : 124

Bonus
Inventaire:
Bloc-notes:
MessageSujet: Re: Don't crease a catfish's whiskers [ pv -> UEHARA Masato ]   Sam 11 Oct - 13:17

Il ne lui voulait aucun mal … Mais ça Masato le savait, c'était à cause de lui même qu'il était dans cet état. Il avait l'alcool pas très sympathique apparemment. Ou alors il réalisait ce qu'il avait fait, et ça le mettait dans cet état. Mais qu'est ce qui lui avait prit ? Le pire, c'était qu'il avait trouvé ça bien, de passer du temps avec cet homme, Il aurait aimé que ce moment soit plus long … Était-ce pour cela qu'il était en larmes ? Parce que ça s'était arrêté ? Lui même s'en savait rien, mais quand il sentit quelque chose, ou plutôt quelqu'un, écarter ses ailes, il se laissa faire, un peu surpris. Ses larmes continuaient à couler. Il avait envie de le rejeter, de l'éloigner de lui, et de l'attirer contre lui. Qu'est ce qu'il voulait ? Il voulait rester là, mais en même temps, il voulait s'en aller. L'alcool faisait surement encore effet. Il s'en voulait de ne pas savoir ce qu'il voulait faire, ni ce qu'il devait faire. Il devait s'expliquer, dire que ce n'était pas de la faute de Seiichi, mais de la sienne, qu'il n'avait pas d'excuse, qu'il n'aurait pas du boire …

Mais quand il sentit des mains se glisser dans son dos et sa tête coller la nuque de l'autre homme, il cessa de pleurer, plus que surpris. Qu'est ce qu'il devait faire maintenant ? Ses ailes s'écartèrent pour revenir en arrière, comme dressées sur son dos. Il était prêt à le laisser dormir seul chez lui … Mais … Non, ce n'était pas possible ça ! Masato aurait voulut l'écarter, il aurait voulut l'approcher encore plus de lui. Non, il ne savait plus où il en était ! Qu'est ce qu'il devait faire ? Il se contenta de rester un moment là, à attendre, attendre d'être sur que ses larmes ne coulent plus. Puis, il repoussa gentiment Seiichi et essuya les quelques larmes qui étaient encore sur ses joues.


« Je … Ce n'est pas … Je suis désolé … Je crois que j'ai trop bu … Je n'aurais pas du toucher à ce qu'ils m'ont apporté ... »

C'était se répéter, il l'avait déjà dit ça après tout, mais bon, c'était les seuls mots à arriver à dépasser sa pensée pour le moment. Il était toujours assis, à regarder le sol, en face de l'autre homme. Qu'est ce qui lui disait qu'il était sérieux ? Oui bon, il allait le croire, qu'est ce qu'il avait d'autre à faire. Il sentit quelque chose le déranger. Il avait froid, la nuit était fraiche et il avait toujours la peau nue. Il frissonna. Il ne voulait pas rentrer à l'intérieur, même par la porte de service, mais il devait récupérer ses affaires. Comme s'il avait été entendu, il sentit quelque chose se poser sur ses épaules, n'ayant pas entendu la porte s'ouvrir. Quelqu'un était passé rapidement pour lui poser ses affaires. Puis, il s'exprima à l'attention de Seiichi.

« Je sais que vous êtes sérieux, vous ne faites pas de mal à Masato, il n'y est pour rien dans cette histoire, on a juste voulut lui faire une mauvaise blague, on pensait pas que ça irait aussi loin. »

Masato n'avait pas entendu la phrase de son camarade qui était repartit travailler. Masato était le seul à finir aussi tôt, puisqu'il n'était pas serveur en plus. Il n'y avait donc personne pour l'héberger. Il prit sa chemise qu'il voulut poser sur son dos, mais ses ailes l'en empêchaient. Aussi, il les rétracta pour qu'elles disparaissent entièrement et remis sa chemise, laissant le devant ouvert, comme à son habitude.

« Je crois que j'ai nulle part où aller … J'aurais déjà des ennuis demain si on se rend compte que je suis pas rentré … Mais bon, c'est pas comme si j'en avais jamais ... »

Il pouvait le dire, les heures de colles, il les accumulaient. Donc quelques unes de plus ou de moins … La seule chose qu'il craignait, c'était d'être interdit de sortie, comment il pouvait bosser dans ces conditions ? Il n'en avait aucune idée, et ce n'était pas sa priorité.

« Mais je veux pas que vous soyez à la porte par ma faute ... »
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur

Contenu sponsorisé


MessageSujet: Re: Don't crease a catfish's whiskers [ pv -> UEHARA Masato ]   

Revenir en haut Aller en bas
 

Don't crease a catfish's whiskers [ pv -> UEHARA Masato ]

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 1

 Sujets similaires

-
» 05.12.2013
» Masato Uehara ♥
» Waiting on you ♪ - Masato
» Uehara Kô - Y'a des choses qu'on préfère oublier, d'autres qu'on voudrait réparer
» (m) uehara kô - ft. wang jackson (got7)

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Goldfish Complex :: Dark depths... :: Profondeurs oubliées :: Premier cycle de vie (2014)-