N
O
S

C
O
P
A
I
N
S

T
O
P
-
S
I
T
E
S

N
A
V
I
G
A
T
I
O
N

AccueilAccueil  FAQFAQ  RechercherRechercher  MembresMembres  GroupesGroupes  S'enregistrerS'enregistrer  ConnexionConnexion  



 
Nous recherchons activement des demoiselles, merci :D
Nous recrutons un nouvel animateur, c'est par ici !
Venez participer à la tombola !

Partagez | .
 

 Le jour où j'ai rencontré mes boobs • PV Feng (c'est sa faute)

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
AuteurMessage
7E ANNEE ◊ KIRIN
avatar

Ahanu Cayer
7E ANNEE ◊ KIRIN


Coquillages : 2031
Messages : 67

Bonus
Inventaire:
Bloc-notes:
MessageSujet: Le jour où j'ai rencontré mes boobs • PV Feng (c'est sa faute)   Mar 28 Avr - 20:35






Shit day
Feng x Ahanu.







Le « bip bip bip » agaçant du réveil envahi la chambre. Ahanu gémit, vaguement réveillé, et balança sa paluche sur le pauvre réveil pour le faire taire, les yeux mi clos. Il replongea immédiatement la tête dans l'oreiller, frottant son visage contre le tissu. Une absence monstrueuse de motivation l'envahit. Allez, il se laisse deux minutes pour pleurer sur sa misérable vie ?...

Ouais.

Alors, premièrement. Il n'avait pas cours de la matinée, mais il se forçait à se lever pour faire cette dissert à rendre en fin de semaine prochaine. Okay, là c'était de sa faute, c'était lui et sa manie stupide de finir un devoir dès qu'il l'avait en main. Mais il se stressait tout seul s'il ne le faisait pas, alors il était obligé.
Deuxièmement, il y avait ce bouquin qu'il cherchait partout mais ne trouvait pas. Pourtant, il avait retourné l’intégralité de sa chambre, y compris son sac de cours et son armoire, mais le livre s'était tout simplement volatilisé. Il ne se souvenait pas l'avoir prêté, pourtant !
Et puis bien sûr, dernier problème, mais pas des moindre, il y avait Avela. La veille au soir, alors qu'il sortait de la douche, les cheveux encore humides, elle avait demandé à « lui parler en privé ». Tout naïf qu'il était, il l'avait suivi sans s’inquiéter, pour se retrouver dans une des situations les plus gênantes de sa vie. Non, mais sérieusement ! Elle était là, devant lui, une main dans les cheveux, nerveuse, en train de lui dire qu'elle était amoureuse ! De lui ! Ça l'avait fait halluciner. Bien sûr, il s'était excusé, le visage froid, l'air sérieux, avait dit qu'il était désolé de ne pas retourner ses sentiments. Et il avait encore plus paniqué quand les larmes étaient montées dans les yeux de la sirène. Oooooh, Grand Esprit ! Il ne savait pas comment on gérait une déclaration d'amour, lui ! On lui avait toujours dit de ne jamais mentir sur ses sentiments ; mais il se sentait coupable en repensant à la manière dont elle s'était enfuit en lui jetant au visage qu'il était cruel. Peut être qu'il aurait dû mentir et accepter ? Non, non, c'est absurde ! RAAAH. Paye ta journée pourrie en perspective, Ahanu.

Déjà, en se retournant sur le dos, il comprit que quelque chose dans cette journée allait puer. Une mèche de cheveux lui tomba dans les yeux et dans la bouche. Tiens ? Il faudrait qu'il aille se les faire couper, ils devenaient super long. Il roula la mèche entre ses doigts. Ils avaient poussé vite, cette fois ci. Puis il réalisa.
Sa main.
Qu'est ce que c'était que cette petite main gracile aux doigts fins qui triturait cette longue mèche de cheveux noirs ? Ou étaient passé les grosses saucisses aux ongles rongés qui lui servaient de doigts ? Et les battoirs pour les mains ? Il sentit ses yeux sortirent de ses orbites tandis qu'il s'éjectait en position assise. Il baissa les yeux sur son corps et là, ce fut la fin du monde. Le calbute dans lequel il dormait lui tombait sur les hanches qu'il avait maintenant rondes et généreuses, comme sa poitrine, qui lui cachait la vue sur son ventre. Il avait considérablement rétrécit, et avait l'impression d'être passé par une épilation au laser : la forêt sauvage qui lui couvrait habituellement les mollets avait disparue. C'était toujours lui, sa peau sombre et ses cheveux bruns ; en touchant son visage, son nez aquilin, mais c'était lui sans aucune trace de cet excès de testostérone qui le caractérisait habituellement. Il sentit les bois de caribou lui pousser, sous la surprise. Automatiquement, il enfouit la main dans son calbute. Ce qu'il n'y trouva (pas) le fit hurler.

« HIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIII. »

Ouais. Nan, là, il avait vraiment besoin d'hurler.

code © mei sur apple-spring


_________________

It's gone, gone, baby it's all gone, there's no one in the corner and there's no one at home

RelationsFicheDéfis

Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
 

Le jour où j'ai rencontré mes boobs • PV Feng (c'est sa faute)

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 1

 Sujets similaires

-
» A TOUS CEUX QUI PENSE CHAQUE JOUR EN BIEN POUR CE PAYS
» HOROSCOPES DU JOUR
» Infos françaises du jour (prédictions) :
» mise a jour de la beta test
» Discours du premier ministre Alexis(jour des aïeux)

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Goldfish Complex :: Le pensionnat - Sur la terre ferme :: 1er étage :: Dortoir Doré :: Chambre n°1-